TISIPHONE, Tisiphone

TISIPHONE
Tisiphone
(Automate Records)
2016
France
Cold wave

01. Looking Down
02. Where Are You
03. Black Velvet
04. The Feast
05. Empty Streets
06. Blind
07. Desire
08. Spiritual Object

Tisiphone est un jeune trio lyonnais, oeuvrant dans un registre cold wave « tribal et mystique ». Leur premier album, éponyme, est sorti en 2016 chez Automate Records, label rhodanien fondé en 2015. Tisiphone… Ce nom fait trembler les pauvres mortels que nous sommes. L’invocation d’une des Érinyes, démons chtoniens de la vengeance et du châtiment dans la mythologie grecque, comme figure tutélaire du groupe est tout à fait justifiée à l’écoute de ce disque. Ici, en effet, le malaise est constant, la lumière n’a pas sa place (ou très peu). Ces huit chansons sentent le soufre et déstabilisent l’auditeur. Danse macabre (touches batcave sur « Black Velvet ») ou sabbat délétère (cf. « Where Are You », « Spiritual Object »). La basse, ronde, tenue par Suzanne, nous plonge au fil des morceaux dans un abîme sombre et secret et les percussions de Clara et Léonard nous renvoient à un monde primitif mystérieux et inquiétant. Le chant renforce pleinement cette atmosphère étouffante et ténébreuse. Clara fait des merveilles en prêtresse satanique. Elle halète, chuchote, crie et prononce des sentences contre notre abjecte humanité rampante. Beau travail. Léonard la seconde parfois ; duo maléfique et sarcastique (« The Feast »). La guitare reverbée de ce dernier est un baume fugace au milieu de ce maelström gothique, car l’instrument est souvent relégué en arrière-plan, ne sortant de sa tanière que pour proposer des motifs rock et post-punk farouchement obscurs (« Desire »). Notons une éclaircie timide sur le dernier titre, lorsque des notes vaporeuses de synthé sont déployées, mais la noirceur reste néanmoins toujours présente. Nous retenons de cet opus sa fureur contenue, aigre, obsédante, qui peut être dissonante (« Looking Down »). Des musiciens inspirés, qui réussissent à nous plonger efficacement dans leur univers apocalyptique.

Note :

Laisser un commentaire