HELIOS, Veriditas

HELIOS
Veriditas
(Ghostly International)
2018
États-Unis
Ambient

01. Seeming
02. Latest Lost
03. Dreams
04. Eventually
05. Even Today
06. Harmonia
07. North Wind
08. Toward You
09. Upward Beside The Gale
10. Row The Tide
11. Silverlight
12. Mulier

Keith Kenniff est depuis une quinzaine d’années une figure tout à fait remarquable de la scène ambient. Il s’est imposé avec sa musique racée, vaporeuse, éthérée. Reconnu par ses pairs (Ryuichi Sakamoto en tête), l’Américain poursuit sa quête du son parfait. Son précédent opus sous l’alias Helios, Yume (2015), nous avait littéralement scotché. Veriditas est une nouvelle réussite. Kenniff propose un disque dépouillé, sans percussion, rempli de nappes soyeuses et mélancoliques. Sans révolutionner le genre, le musicien assoit sa réputation de magicien de l’électronique. Inspiré par la mystique rhénane Hildegarde de Bingen, il déploie des sonorités planantes et longilignes, propageant une ambiance sereine, presque arctique par moments (« Latest Lost », « Mulier »). Douze titres cotonneux, avec des variations subtiles ; un voyage onirique et cinématique (« Row The Tide »), magnifié par quelques incursions acoustiques (piano sur « Dreams », conférant à la pièce une saveur modern classical, ou guitare suave sur « Upward Beside The Gale »). Veriditas a été enregistré la nuit entre le Maine et l’Oregon. En effet, un certain calme nocturne imbibe ces vignettes délicates. Les motifs musicaux vont et viennent, semblant s’éteindre pour mieux renaître. Boards of Canada est invoqué à travers ce climat rafraîchissant et nostalgique et les drones répondent présents, donnant une certaine profondeur aux titres « Seeming », « Dreams » et « Upward Beside The Gale ». Kenniff a construit un véritable écrin de pureté. Une beauté sidérale, renforcée par la merveilleuse pochette réalisée par Oliver Barrett. Néanmoins, la tension peut poindre (« Even Today ») et des éléments noisy apparaissent sur « North Wind » et « Toward You », mais ils ne perturbent pas l’ensemble et se fondent plutôt idéalement dans les morceaux. Ainsi, la musique d’Helios évite d’être trop monolithique. Une oeuvre surnaturelle, ode à la nature, aux grands espaces. Une véritable méditation auditive qui ravira les fans de musique contemplative. « Veriditas » ou « the greening power of the divine », amen !

Note :

Laisser un commentaire