LAKE OF TEARS, Forever Autumn

LAKE OF TEARS
Forever Autumn
1999
Suède
Doom gothic metal

01. So Fell Autumn Rain
02. Hold On Tight
03. Forever Autumn
04. Pagan Wish
05. Otherwheres
06. The Homecoming
07. Come Night I Reign
08. Demon You/Lily Anne
09. To Blossom Blue

« L’automne pour toujours… » Armez-vous de vos mouchoirs : les feuilles mortes se ramassent à la pelle, la brume s’étale, la pluie tombe et les larmes coulent ! Tristes ? On le serait à moins, surtout quand on sait que « The Homecoming » est dédié à la mémoire d’un disparu (Juha Saarinen), décédé en 1995. Le concept n’est pas forcé, mais le ton est donné : mise en avant de la contemplation de sentiments fanés et d’un passé qui ne reviendra plus, lorsqu’on s’approche de la fin de l’année et que l’obscurité commence à s’étendre. A mon sens, il s’agit de la meilleure réalisation des Suédois. Moins agressifs qu’à leurs débuts, ils jouent ici un gothic metal suave, doomesque dans son essence. En témoigne par exemple la lourdeur des guitares, sur « So Fell Autumn Rain », « Pagan Wish », ou « Demon You/Lily Anne », avec ce son remarquable des productions du même genre des années 1990. Néanmoins, Lake of Tears évacue en grande partie la violence. Le chant de Daniel Brennare est volontiers rageur sur « Pagan Wish » et « Demon You/Lily Anne », tout en restant clair, mais les morceaux dominants sont calmes. « Hold On Tight » quant à lui, fait le lien entre une certaine pesanteur métallique, et la tendre délicatesse d’une complainte lyrique (grâce notamment à l’ajout d’une flûte). L’opus commence et finit par les mêmes notes de violoncelle, instrument idéal pour camper une atmosphère mélancolique. La guitare acoustique est également présente. Elle prend toute son ampleur sur le monument de l’album : « Forever Autumn ». Douce et entêtante, la chanson fait passer bon nombre de ténors de la power ballad pour de vulgaires amateurs mièvres et pathétiques ! Les paroles sont chantées avec cet écho particulier qui vous donne des frissons, et la voix de Brennare est idéalement doublée sur le refrain. Très belle mélopée qui n’a d’égal que « To Blossom Blue ». Ce titre clôture magnifiquement le disque. Plus long que les autres et riche en émotions, il nous invite à nous épancher lorsqu’on entend jouer un accordéon malicieux et un synthétiseur rêveur. Amour perdu, vague à l’âme, tout est dit ! Les mélodies sont accrocheuses, la maîtrise des émotions est parfaite, avec ce passage permanent de la vigueur à l’introspection nostalgique, Forever Autumn est une réussite totale !

Laisser un commentaire