STRATOSPHERE, Rise

MSD.Stratosphere

STRATOSPHERE
Rise
(Projekt)
2016
Belgique
Ambient/Post-rock

01. Melancholy
02. Dream
03. Hypnotic
04. Enmity
05. Desolation
06. Duality
07. Explore

Rise est le troisième album du Belge Ronald Mariën (alias Stratosphere) à sortir chez Projekt. Il a été masterisé par le légendaire Dirk Serries (Microphonics, Vidna Obmana). Stratosphere nous invite à un voyage céleste avec cette ode aux paysages atmosphériques. Armé d’une guitare électrique, d’une basse et de nombreuses pédales d’effets, l’artiste nous fait décoller et oublier tout repère spatio-temporel pendant une heure. C’est délicat, onirique, on se rapproche allègrement du shoegaze et de l’ethereal wave lorsque la guitare devient liquide. Rise est construit par couches de sons paisibles, se rencontrant pour former une union astrale. Ceci est particulièrement prégnant sur « Melancholy » et « Hypnotic ». Mariën est un maître, nous enjoignant à contempler les cieux avec des yeux d’enfant. Néanmoins, la noirceur n’est pas totalement absente, des éléments un peu plus ténébreux parsèment « Desolation ». « Dream » est le morceau phare. Introduit par des drones bienveillants et des accords de guitare flottants, il progresse lentement, tout en retenue. On perçoit des arpèges soyeux, des notes relaxantes, chaleureuses et aériennes. Pas de variation, et tant mieux, l’Anversois nous fait entrevoir le paradis ! « Hypnotic » est une réussite prodigieuse également. Il s’agit d’une symphonie ambient pleinement éthérée, portée par les harmoniques. Quelques instants de suspens permettent de nous hypnotiser complètement. La douceur de ce titre incite à la rêverie la plus insouciante. « Enmity » est dépouillé et mélodieux. « Duality » est plus âpre, agité dans sa seconde partie par de la saturation. Enfin, « Explore » propage une lumière bienfaisante. Commençant très discrètement, il évolue sobrement grâce à des vagues sonores apaisantes, une conclusion idéale.

Web : http://www.stratosphere.be/index/Home.html

Note :

Laisser un commentaire