WONGRAVEN, Fjelltronen

INT.Fjelltronen

WONGRAVEN
Fjelltronen
1995
Norvège
Folk medieval ambient

01. Det Var En Gang Et Menneske
02. Over Ødemark
03. Opp Under Fjellet Toner En Sang
04. Tiden Er En Stenlagt Grav
05. Fra Fjelltronen

Satyr, tête pensante de Satyricon, a pris son véritable patronyme pour créer ce side-project d’ambient médiéval au début des années 1990. Fjelltronen a été composé et arrangé entre 1992 et 1995 et sort le 26 juin 1995 sur le label de M. Wongraven : Moonfog Productions. Avec cet opus, Satyr célèbre la Norvège des temps anciens, magnifiée par l’artiste Theodor Kittelsen (1857-1914) dont un dessin sert de couverture à l’album. Véritable concept que Wongraven, où l’on retrouve des instruments acoustiques et électroniques, des chœurs guerriers et la reproduction de sons de la nature, le tout baignant dans une splendide atmosphère moyenâgeuse. Fjelltronen s’éloigne (heureusement) du medieval ambient « pouet pouet » de Pazuzu et s’avère nettement plus brillant que les premiers enregistrements du ridicule Mortiis. Satyr (S. Wongraven) s’adjoint les services de musiciens additionnels : Ihsahn (d’Emperor), préposé aux synthétiseurs et au piano à queue, qui compose « Over Ødemark » (en collaboration avec Satyr), et Hans K. K. Sørensen, percussionniste norvégien qui se charge des timbales et du « tambour martial médiéval ». Le disque est divisé en cinq parties et dure 32 minutes 37. Le premier morceau est très long (plus de 16 minutes). Les ambiances y sont variées. Débutant par un drone de 45 secondes, il nous plonge dans l’introspection avec des mélodies synthétiques suggestives et une guitare acoustique onirique, tout en nous jetant dans un combat épique sombre et viril (chant vigoureux, chœurs, bruits de bataille). On imagine alors aisément des Vikings s’affrontant dans une forêt gelée (on entend le blizzard souffler). Puis les combattants se reposent et la nuit apparaît avec son cortège de sons mystérieux. Une nuit obscure, comme l’évoque les accords de piano menaçants de « Over Ødemark ». La lumière reprend ses droits sur « Opp Under Fjellet Toner En Sang » et « Tiden Er En Stenlagt Grav ». Les mélodies sont claires, les deux titres sont basés sur de joyeuses ritournelles médiévales. On imagine des troubadours haranguant des voyageurs de passage en ville. Une éclaircie dans le ciel nordique… Sur « Opp Under Fjellet Toner En Sang », on distingue, en plus des claviers, la guitare acoustique et la guimbarde (arrivant à la fin du morceau) et toujours ces bruits étranges, servant de transition avec le titre suivant. « Tiden Er En Stenlagt Grav » est mené par le synthétiseur. Les changements de mélodies sont marqués par des coups de cymbales. Les timbales de Hans Sørensen revêtent ici une importance particulière, marquant efficacement le rythme du titre. Celui-ci s’accélère dans la dernière minute, avant d’être suspendu par un accord de clavier, faisant la liaison avec « Fra Fjelltronen ». Le dernier morceau est mon préféré du disque. Extrêmement entraînant, il agit comme une véritable ode aux fiers guerriers du Nord, porté par des chœurs puissants, les timbales et le tambour. Il se clôture par des paroles que Satyr prononce fiévreusement et par un coup de cloche lapidaire. Comme il est indiqué dans les notes au dos du disque, ce son de cloche a été emprunté au morceau « Crossing The Triangle Of Flames » de Darkthrone, présent sur Under A Funeral Moon. Cet unique album de Wongraven est irréprochable et classe selon moi Satyr dans les grands compositeurs d’ambient. Le site Encyclopaedia Metallum stipule que le projet est mis de côté, mais encore vivant. Alors, à quand un successeur à Fjelltronen ?

 

Laisser un commentaire