L’intelligence Artificielle et la Science Fiction

Dieu créa l’homme. L’homme Créa la Machine…

Avec l’avènement de l’air informatique , les peurs liées aux machines et plus particulièrement à la cybernétique n’ont cessé d’inspirer les auteurs de Sciences fictions. Cette Conception de l’homme créateur possible d’une  » Autre  » intelligence lui donne pratiquement la puissance d’un dieu. Ce thème à entraîné avec lui tout une symbolique mythique qui transparaît dans nombres d’œuvres .Il serait donc intéressant de voir quelles sont images frappantes des ces machines qui passionne les foules. Nous présenterons notre recherche en analysant différents thèmes et œuvres majeurs.

I) L’influence d’Asimov : Un longue évolution de la machine pensante du serviteur vers une seconde forme d’humanité ?

Isaac Asimov fut et reste toujours l’un des Grands maîtres de la science fiction. De formation Scientifique , il va s’intéresser au thème de la robotique d’un façon innovante, à résonance scientifique. Il va ainsi créer les lois de la robotique dans sa littérature :

Première loi : 
Un robot n’a pas de droit de blesser un être humain ni de permettre par son inaction qu’un être humain soit blessé.

Deuxième loi : 
Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf quand de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.

Troisième loi : Un robot doit protéger sa propre existence à la condition que cette protection n’entre pas en conflit avec la première et la deuxième loi.

Ces trois lois, furent reprise par les scientifiques , et si I.A il y a dans notre propre monde , des procédures de ce type seront logiquement intégrer à leur programmation. Au début de la S.F, ils sont de simples outils , comme ceux de StarWars et meme dans le cas ou les robots possèdent une IA très perfectionné , avec une sorte de personnalités ils restent des serviteurs, des Escalves comme C3PO et R2D2. Le robot doré s’en plein assez souvent dans le Film… Mais Ces robots , on une mémoire et ne peut t’on pas pensée à la présence d’un Ghost quand celui ci est « térrifié » à l’Idée de se faire réinitialiser par Luc ?

Dans l’ Univers de Fondation, des Robots, Asimov va aller plus loin et montrer l’évolution des robots, ils passent de simple robot utilitaire à des robots de Compagnie , puis à des être pensant quasi égal à l’homme bien que servile. Il se développe alors certains thèmes dans l’œuvre de l’auteur ; comme l’esclavage : certains s’affranchiront et dirigeront la société pour son bien à l’insu de L’homme.

L’homme Bicentenaire , adapté au Cinéma nous montre l’envie de ceux ci de devenir Humain puisque le robot va peu a peu changer son corps pour le faire correspondre à celui d’un homme. Seul son cerveau positronique lui rappellant pour un temps sa nom humanité…

Pour Isaac , le robot est une représentation imparfait de l’humanité , tel le Golem des légendes : même si l’être cybernétique arrivait à avoir des émotions il ne serait pas vivant… Asimov ne développa pas entièrement certaine de ces idées meme si on les voies clairment resortir dans le Film I.Robots :

La présence d’un Ghost , d’une ame dans la machine … Ses robots possède une ame , mais il ne lui donnera pas une forme Explicative comme Shirow le fera dans Ghost In the Shell…

On peut aussi souligner un thème, la quasi immortalité de ceux ci… Eiji Bailey d’asimov en est un exemple …

Par l’intèrmédiaire de la B.D et du long métrage d’animation japonaise de Shirow , on souligne une autre forme de « Presque robots » , c’est le cas Particuliers du Cyborg. La technologie permet de faire de nombreuses choses et l’immortalité dont nous venons de parler peut etre accessible à l’homme par l’intèrmédiaire de Greffes cybernétique, d’implants… les Images sont parfois kitch et simpliste comme dans Robocop , mais l’utilisation du thème est récurrent , souvenez vous de la main de Luke , ou du moins connu Manga Gunnm. C’est encore Ghost In the Shell qui ira le plus loin , en proposant comme dans de rare roman de S.F de transférer , le cerveau humain dans un cerveau cybernétique.

C’est ce Thème de l’Ame dans une carcasse de férailles qui va intéresser un autre maitre de la SF, Philippe K. Dick. Avec Bladerunner ( Est ce que les androides rèves de moutons électriques …) ou Planète Hurlante , comme à son habitude il nous montre une image torturé de choses et nous pousse à nous poser des Questions. Les Répliquants de Blade Runner , sont arrivés à un niveau technologique tel , qu’il devient difficile de faire la différence avec l’homme d’un point de vue phisiques et mentale. Des tests Psychologique étant le seul moyens de les distinguer car ils sont senser simuler les émotions et non les éprouver .

Mais l’intrigue de ce livre va plus loin , le héro se rendant bientot compte que les androides peuvent éprouver des émotions. Le livre fini tragiquement sur des robots auquel on s’est attacher car très proche de l’homme , mais qui ironiquement ne peuvent pas profiter de cette nouvelle humanité que leur ont offert la technologie pusique ils ne peuvent vivre que quelques années. Mais cette vie Courte les poussent à vivre pleinement , et les diriges donc vers la recherche d’émotions meme si cela doit les poussées a des actes malveillants et a vivre comme des fugitifs. Dans l’imaginaire collectif on est allé très loin , allant meme jusqu’a faire représenter les robots comme des enfants , voir a les utiliser comme remplacant de ceux ci ( I.A de Spielberg ou encore DARYLL)… Dans Simmons atteindra le paroxisme de cette quète d’humanité dans son cycle Hyperion/Endymion, les I.A vont atteindre le niveau de l’homme puis le dépasser et se transformer en Dieux au point de surpasser les dieux eux meme…

II) L’avénement des Machines où la Fin de l’humanité face à une création qui le dépasse ?

Une autre voie , beaucoups moins philosophique à été explorer dans la Sience fiction …

« le progrès de la civilisations saura-t-il et dans quelque mesure , dominer les perturbations apportées a la vie en commun par les pulsions humaines d’agression et d’autodestruction? ».

Cette citation de Sigmund Freud montrait déja à l’époque une certaine peur de la machine et de l’utilisation que l’on pourrait en faire…

Le thème de l’IA destructrice a pris différent forme , citons celle de DUNE ou l’auteur se démarque

en créant un futur ou les machines auront été annihiler par l’homme grâce au Jihaad Bultérien. Le génie de Franck Herbert à été de lier le thème de la cybernétique à celui de la religion et à la philosophie. Des Phrases tel  » tu ne fera pas de machines à l’esprit de l’homme semblable  » ont des connotations bibliques notoires. Les hommes ont détruit les machines avant qu’elles les détruisent, mais la dangerosité des robots n’en est que souligné.

Mais comme dans Hyperion de Dan Simmons , on voit que le problème n’est pas la peur de simple robots qui aurait eue un Bug , mais plutot la peur d’I.A plus évolué que nous et concurente, la peur d’etre le dernier chenons de notre évolution avant que les I.A de métal quasi immortelle nous remplace…

Dans cette littérarure les machines ont en quelques sortes remplacé l’ennemis , voir le diable . Dans l’oeuvre de Franck Herbert, par de nombreux thème, onpeut faire un parallèle avec un autre grand phénomène culturel qui traite de l’IA :

Le film Matrix des frères Wachowski. L’ univers est différent, mais les références au légendes Grecques, aux Atréides pour Dune , et à Mopheus, Niobé etc… pour Matrix, ne sont pas innocente. Dans le deux cas on note l’importance de la prophétie et du thème du Messie qui viendra pour sauver son peuple. Les auteurs recrées des univers ou l’homme va essayer de se désenclaver de l’autorité de la Machine comme si l’homme voulait se désenclaver du Mal inhérent à sa condition. L’enfermement dans la matrice n’en parait que plus significative…

De facon moins philosophico-religieux , l’homme a aussi peur que les machines se dérèglent … Comme dirait Simone Weil, « plus le niveau de la technique est élevé, plus les avantages que peuvent apporter des progrès nouveaux diminuent par rapport aux inconvénients » . Et quant les machines bug , les ouvrages sont nombreux, comme le HAL de l’Odyssée de l’espace , IA qui devient complètement folle , comme dans son succésseur Alien .Ces œuvres exprime le thème de la mauvaise programmation et de la création d’une machine devenant Folle. Il souligne une phrase maîtresse de tous informaticiens :

La machine ne fait jamais d’erreurs , c’est l’homme qui est à l’origine des dysfonctionnements par un programmation bancale.

Franck Herbert complexifira le thème avec son cycle de Destination Vide…Le Vieux film War Games , montre aussi les problèmes de cette mauvais programmation qui peut entrainer la terre dans un holocauste nucléaire… Dernier thème utiliser de facon célèbre dans les Terminators de Cameron …

La Phrase de Einstein : « Tout notre progrès technologique, dont on chante les louanges , le cœur même de notre civilisations, est comme une hache dans les mains d’un criminel ». était prémonitoire… Par une science qui devait l’aider , le faire évoluer , l’homme n’en est arrivé qu’a se détruire…

Laisser un commentaire