Le Cycle Hyperion de Dan Simmons

Les Cantos d’Hyperion

« Je ré-intitulai mon poème Les Chants d’Hypérion. Le sujet n’était pas seulement la planète, mais la fin des Titans qui se faisaient appeler humains. »

L’auteur d’Hyperion est né le 4 avril 1948 dans l’Etat de L’Illinois. Après quelques années à travailler dans l’éducation, il se consacre à l’écriture.

Pour l’oeuvre présenté ici,  il a notamment été récompensé du prix Hugo.

Il est l’un des rares auteurs de Science fiction qui est réussi à créer un cycle aussi mythique que celui de Dune d’Herbert ou du Seigneur des Anneaux de Tolkien.

« Les « Cantos » évoquaient également les relations entre créatures et créateurs, l’amour entre parents et enfants, entre les artistes et leur art, les créateurs en général et leurs créations. Le poème glorifiait l’amour et la loyauté, mais titubait également au bord du nihilisme, avec son fil constant de corruption à travers l’amour du pouvoir, l’ambition humaine et l’hubris. »

Les Cantos d’Hyperion est  un cycle divisé en Quatre partie. Le roman d’Hyperion reprend de façon assez original un format d’écriture classique , celui des Contes de Cantorbéry de Geoffrey Chaucer. A travers ce texte, Dan Simmons va introduire une immense fresque basé sur la planète Hyperion

Ce premier tome est donc crucial… On y raconte l’histoire de voyageurs, de Pèlerins se dirigeant vers le Tombeau du temps se trouvant sur la planète. Par cette intermédiaire, l’auteur va ainsi créer un background impressionnant pour la suite de sont récit. Tout au long du cycle, la narration va être densifié par des ajouts d’histoires transversales, de personnages et de références, concept annexes.

« Au-dessus de moi, derrière moi, de chaque côté, les champs d’étoiles se déplaçaient lentement contre le noir du cosmos, et la lumière stellaire jetait des éclats froids sur un spectacle de ruine et de désolation. »

Le Cycle se complexifie donc pour devenir un Space Opéra aux influences religieuse , philosophique mais aussi littéraire. On notes les références à Keats, Yeats, Milton , ou Shakespeare ainsi qu’a la mythologie Grecque et Nordique.

En fait Hyperion est un vieux thème remis au gout du jour puisque inspiré par la Théogonie d’Hésiode, le roman de Friedrich Hölderlin et John Keats. Chez les Grecs le “Titan” Hyperion se bat pour le maintien des anciens dieux face à Zeus.

Simmons utilise ce même schéma, la même trame globale pour décrire l’évolution de son univers de science fiction , l’écroulement du monde des hommes face au être nouveaux que son les I.A et les Extros …

« C’est la plus grande folie et la plus grande fierté de l’humanité. Nous acceptons nos souffrances. Nous frayons la voie à nos enfants. Cela nous a donné le droit de devenir le Dieu dont nous avions rêvé. »

L’Hyperion de Friedrich Hölderlin rajoutera une thématique philosophique mais c’est surtout John Keats qui influencera le plus Simmons, d’ou les référence dans le texte a cet auteur ainsi qu’a la nature de la poésie et la fonction du poète.

L’auteur nous fait jouer à une sorte de jeux de piste … Ou le but serait de retrouver les références à Keats ( cf Leigh Hunt, Joseph Severn, Brawne Lamia…) et la Symbolique caché derrière certaines références a la mythologie nordique ( cf les Yggdrasils) .En fait les références sont nombreuses dans tous le domaines, non seulement dans celui de la poésie et de la littérature , mais aussi du point de vue technologique et philosophique…

« Le Grand Changement, c’est l’acceptation par l’humanité de tenir sa place dans l’ordre universel et naturel des choses au lieu de se comporter comme un cancer. »

De nombreux thèmes sont introduit puis enrichis au cour des pages . Impossible de tout mentionner mais signalons toutefois les thèmes de l’hubris , de l’ubiquité, de la nemesis (cf Moneta), ou du rêve…

Soudain passa le flamboyant Hypérion; Ses voiles enflammés à ses talons volaient En une sourde rumeur,comme fait l’incendie sur la terre, Effarouchant les timides Heures éthérées Dont tremblaient les ailes des colombes.Et Dans cet embrasement… “

On note aussi l’importance de L’I.A et de toute les thématique qui la lie à l’homme , à Dieu…

D’autres sujets sont aborder , comme la souffrance, la colonisation de l’espace , l’évolution , les paradoxes temporel , l’asservissement à la religion , mais aussi à la technologie et à l’information. Tout cela fusionné à des thèmes comme le cyberpunks et les intelligences artificiels …

En fait Dan Simmons recréer un grand cycle à la Dune en y incorporant à la fois les nouvelles thématiques S.F récentes et en lui donnant une crédibilité grâce à des références à nos connaissances scientifiques Post-Relativiste…

Pour revenir à l’histoire elle même  Hyperion, raconte donc le voyage et l’histoire de sept pèlerins choisis par l’Hégémonie pour rencontrer le Gritche. Il sont Lénar Hoyt, Fedmahn Kassad, Martin Silenus, Sol Weintraub, Het Masteen, Brawne Lamia et “le Consul”. Ils arriveront dans la Chute d’hyperion jusqu’à la vallée des Tombeaux du Temps la où se joue leur destin et celui de leurs univers.

«L’avenir ne bifurque que dans deux directions, dit-elle d’une voix très douce. La guerre, avec incertitude totale, ou bien la paix, avec annihilation totale certaine. »

En fait les tombeaux du temps sont une sorte de zone spatio-temporel sans cesse en mouvement ; qui arrive alors en phase avec le présent et libère le Gritche, qui doit expier les péchés de l’humanité … Une sorte de récit eschatologique : Les pèlerins sont face au gritche tandis que l’univers implose dans la bataille entre Extros et Monde civilisés…

« Nous les traitons de barbares alors que c’est nous qui nous accrochons, timorés, à notre Retz, comme les Wisigoths tapis parmi les ruines de la splendeur fanée de Rome, et c’est nous qui nous proclamons civilisés. »

A ce cycle s’ajoute celui d’Endymion et l’Eveil de Endymion qui raconte l’histoire de Raul Endymion, sa recherche de la fille de Brawn Lamia et du Cyborg John Keats , une sorte de nouveau Messie … On apprend que les I.A on surpassé dieux lui même … Une fin  aussi grandiose que celle d’ Hyperion…

« Est-il concevable qu’une… entité divine puisse être ainsi issue de la conscience humaine sans que l’humanité en soit au courant ? »

Sélection bibliographique :

1989 Hypérion
1990 La Chute d’Hypérion
1996 Endymion
1997 L’Éveil d’Endymion
2003 Ilium
2005 Olympos
1997 Le Styx coule à l’envers

Laisser un commentaire