DRAGONFORCE, Inhuman Rampage

DRAGONFORCE
Inhuman Rampage
2006
Royaume-Uni
Extreme power metal

01. Through The Fire And Flames
02. Revolution Deathsquad
03. Storming The Burning Fields
04. Operation Ground And Pound
05. Body Breakdown
06. Cry For Eternity
07. The Flame Of Youth
08. Trail Of Broken Hearts

La très bonne surprise. J’ai découvert ce groupe à travers le clip de la chanson « Through The Fire And Flames », diffusé sur M6 Music Rock. J’ai été littéralement scotché ! Je me suis tout de suite dit qu’il fallait que je me procure l’album. Et quelle bombe ! 8 titres dont 7 joués à plus de 300 à l’heure ! DragonForce repousse toutes les limites du power metal en termes de vitesse et de technicité virevoltante. Herman Li et Sam Totman, les deux guitaristes s’excitent sur leurs manches et rivalisent de virtuosité pour notre plus grande joie à travers des solos monstrueux qui n’en finissent pas. Chaque membre du groupe pousse ses capacités le plus loin possible, c’est pour cela que le groupe a qualifié sa musique d’ « extreme power metal ». DragonForce ne laisse aucun répit à l’auditeur par le biais de guitares magiques, mais aussi par le biais d’un jeu de batterie survitaminé digne de celui généralement utilisé dans le black metal. A l’écoute d’Inhuman Rampage, on a la tête complètement retournée. Je vous conseille d’écouter cet album en faisant votre jogging, je vous garantis que vous courrez plus vite ! L’album est très classique pour le genre, mais Dieu que c’est bon ! C’est plein d’entrain, de vitalité, c’est un disque solaire qui vous donne la pêche. Le petit reproche que je puisse faire, c’est que les parties instrumentales incorporées au milieu des chansons sont parfois trop longues. Le CD se finit sur la très belle (bien que très mielleuse, mais c’est bon le miel !) « Trail Of Broken Hearts », une ballade à écouter obligatoirement le briquet allumé à la main. Bref, DragonForce ressuscite le bon speed metal mélodique grâce à des musiciens géniaux, généreux et qui ne se prennent pas la tête. LA saveur métallique de 2006.

Laisser un commentaire